« Grosse commission | Accueil | Blues »

09 janvier 2011

Commentaires

liO!

Un peu démago !

Faut vous plaindre ? Voulez-vous que je vous raconte ?

ophise

Quel est le problème liO ? vous trouvez qu'on s'en fout de ce que vivent les agents sur les quais par rapport à ce que vivent les clients ? Ben non... ils subissent tous...

Et je n'ai pas l'impression, à aucun moment, d'oublier les voyageurs dans mes histoires ! So what ?

Saoul-Fifre

Moi qui ai enduré sans broncher des situations apocalyptiques dans des trains maghrebins (inch allah), le conte de fées plein de papillons et de petits oiseaux que tu nous racontes me fait d'abord sourire.

liO< Les IMPONDÉRABLES n'ont par définition pas de responsables. Dans ces cas-là, si chacun fait DU MIEUX QU'IL PEUT, les autres n'ont qu'à prendre leur mal en patience. Ils ont juste le droit d'être fiers d'être philosophes d:^)

Tant-Bourrin

C'est la vie duraille ! :~/

liO!

Les impondérables existent, à répétition ça devient du je m’enfoutisme. Curieux tout de même que pendant les fêtes tous les impondérables soient attribués aux conditions climatiques finalement pas si extraordinaires que ça !

Le fait est que la SNCF ne respectent pas ses client, même si certains agents (et pas tous loin de la !) font de leur mieux avec les petits moyens qui leurs sont accordés.

De temps à autre un media s’empare d’un gros bugg, alors madame rail présente ses excuses, mais combien de petits incidents (petits = 1 à 3 heures) ne sont jamais pris en compte ?

Cette compagnie à la chance d’être seule et surtout d’opérer dans un climat ou les français se sont habitués et ne disent finalement rien. Imaginez une seconde une telle gestion dans certains pays ou les class action existent ? Du reste les avions ne font pas mieux.

Article intéressant ici : https://passion-trains.over-blog.com/article-analyse-ces-trains-qui-n-arrivent-plus-a-l-heure-64560411.html le cas de l’Autriche semble intéressant… celui de l’Espagne aussi !

ophise

Bien...

J'ai du mal rédiger, mal me faire comprendre, mal m'exprimer.

En ce qui concerne l'opinion de M/Mme LiO je m'en remettrai. En revanche j'ai du mal à te suivre SF sur "le conte de fées plein de papillons et de petits oiseaux"... J'aurai été angélique ?

Bizarrement cette chronique m'a demandé plus d'efforts que d'autres parce que je disais du mal de ma maison. Cela ne s'est peut être pas senti... Dommage ce n'est pas dans mes habitudes.

PS : pour M/Mme Lio : ici nous ne faisons pas le procès de la Sncf quoiqu'il en soit. Nous sommes sur un blog personnel, le mien, et les commentaires sont toujours les bienvenus quand ils sont constructifs. Les idées reçues et les généralités en revanche...

liO!

Mais je ne m’en prend pas à vous !

Le fait est que je suis certain que vous faites de votre mieux. Mais si personne dit rien, rien n’avancera. Si ça vous tente j’ai posté mon dernier récit et je compte bien faire un Twitter sur les incidents. Jusqu’à présent je les notais simplement au cours de mes voyages.

https://www.canaletto.fr/post/2011/01/09/Vive-le-train-!.aspx

Elodie

Mais elle est très bien cette chronique ! Et oui, la maison ne tourne pas toujours rond et les agents font ce qu'ils peuvent avec ce qu'ils ont à leur disposition !
Courage !

Andiamo

Tout d'abord : merci de revenir ];-D
Sûr Ségur que ça n'est pas facile, toutes ces intempéries auxquelles nous ne sommes pas habitués, l'équipement adéquat qui n'existe pas...
Tout le monde gueule (comme d'hab.) mais un équipement ad hoc nous coûterait combien ?
Allons défoulez vous : c'est encore la faute du gouvernement qui n'a rien prévu ! "Ils" n'avaient qu'à faire comme pour Tchernobyl... Arrêter la neige à nos frontières ! NA !

Georges

Lio,
Sur ce cas précis, on a un TGV de soirée qui se sent mal, des travaux de nuit sur une LGV ( qu'on ne peut faire à un autre moment, on ne peut fermer une LGV la journée sauf cas vraiment grave ), trouver des bus vers 23 heures-minuit ça se trouve mais les conducteurs ? Bref, tout cela fleure bon la fameuse loi de Murphy qui, couplée à la loi des séries devient la loi de l'Emmerdement Maximum.

Hé oui, ça arrive, rarement heureusement. Maintenant il est vrai que la SNCF ces derniers temps s'est couverte de gloire, quelqu'un peut-il nous dire si Saturne transite en Scorpion actuellement ? :-)

Luk

Yay le retour d'ophise \o/

Dis, dis, tu veux bien continuer à nous raconter tes petites histoires de chefs de gare, c'était bien :)

Aldo

Coucou Ophise.
Ton collègue et toi, vous avez assuré combien d'heures d'affilée?
Derrière la méchante SNCF, il y a des humains qui de temps en temps mériteraient de remerciements publics.
Combien chez lez râleurs feraient autant d'heures supplémentaires pour leurs clients?
Tiens, je râle aussi.
L'humain moderne ne comprend pas que tout ne soit pas encore sous contrôle, la naissance, la mort, les intempéries et tout le reste. Ce n'est pas près d'arriver et je m'en réjouis.
Les galères, ce sont les galères. On ne parlera pas politique, pas le temps.

Madame Patate

C'est terrible hein ?

Informer les gens au fur et à mesure des renseignements contradictoires, faire face au mécontentement qui monte et qui est bien justifié, avouer ton impuissance tout en sachant qu'à la place des gens toi aussi tu aurais envie de tout casser ET tout ça sans dire du mal de ton employeur parce que j'imagine que le chef de gare qui craque et qui dit "ben ouais au-dessus de moi c'est des cons et ils s'en foutent", ça la fout mal ;-)

Ca doit pas être facile tous les jours

Zibeline

Il est bien évident que tout en étant "chef" de gare, tu n'es pas responsable du résultat d'une politique menée par les gouvernements et les hautes sphères de la SNCF depuis des années. Dans ces conditions, dès qu'un grain de sable vient enrayer la mécanique, ça devient vite catastrophique.Et je comprends bien que ce soit galère à gérer et difficile à vivre. C'est la même chose dans d'autres services "publics". Face à ces dysfonctionnements, beaucoup de gens rouspètent au quotidien, mais ne luttent pas contre la racine du mal.
Je te souhaite quand même une bonne année avec santé, enthousiasme, sérénité et pas trop de galères de ce genre!

Gwen

Ben moi j'aurais jamais cru qu'il existait un Rennes-Lille...

Javi

Bonjour (et bonne année)

Merci pour ce récit. Je suis par contre un peu en accord avec Lio, non sur la forme, mais sur le fond: quand les problèmes se multiplient, c'est un symptôme de mauvais fonctionnement quelque part dans la structure. (ce qui n'a rien à voir avec la motivation des acteurs, contrairement à ce qu'on peut raconter sur les forums du figaro par ex.)
Dans votre exemple précis, je remarque que:

-la SNCF ne semble pas avoir de plan de mobilisation de bus en IdF. Vu le trafic annuel, donc le risque d'incident, peut-être que des contrats cadres avec des compagnies de bus prévoyant une réserve mobilisable moyennant finance serait une bonne chose.

-le train de réserve existe mais n'est disponible qu'à Paris-ville, donc oblige à quitter la voie périphérique donc à être en retard par rapport aux travaux. Dans le plan d'immobilisation de la voie pour les travaux, y-a-t-il un plan d'urgence prévoyant une réaction à la panne d'un train sur la ligne? Dans le cadre de ces travaux, et de façon exceptionnelle, un ou plusieurs trains supplémentaires pourraient être mobilisés en réserve (coût à imputer aux travaux), pour répondre à ce risque.

-dernière piste: pour traiter une panne en soirée, vous devriez (tenter de) convenir avec quelques grands hôtels une convention d'hébergement, dans laquelle, moyennant finances, vous auriez possibilité de mobiliser des chambres. Vous pourriez également convenir (en interne) que passée une certaine heure, les passagers seront directement redirigés vers un hébergement local, même si c'est plus cher (pour vous).

etc...
J'espère que vous m'excuserez de faire un post long, ce ne sont que quelques suggestions, ce genre d'évaluation des défaillance est (en partie) mon métier (dans un autre secteur), néanmoins, pour faire un travail sérieux, il faudrait évidemment venir chez vous pour comprendre comment vous fonctionnez et quels moyens financiers la SNCF est prête à consacrer à ce genre d'incident.


A bientôt.

Zibeline

Les propositions de Javi paraissent évidentes, mais il a tout dit quand il demande combien la SNCF est prête à mettre financièrement pour gérer ces problèmes. A mon avis, la SNCF n'est pas plus bête que les autres, mais c'est bien une question de moyens financiers et de choix de gestion.

torp

Exactement, Javi et Zibeline.
Tout ça repose sur des probas et de la compta de base:
La SNCF fait ce qu'on lui dit de faire. On lui dit d'économiser ? Elle économise, en tapant d'abord dans ce qui est le plus logique: les réserves, qui ne servent qu'au cas ou.
Ceux qui décident ça n'ont pas le choix, et ils savent parfaitement qu'en cas de problème, celui-ci sera plus difficile a résoudre...
C'est un choix.

Là ou cela me rend amer, c'est quand les gens reprochent ces dysfonctionnement et ce manque de moyens a ceux-la qui justement, les subissent, et réclament plus de moyens...

Mais on est pas a un paradoxe prés, dans ce pays...

Georges

Hum... Torp, ce n'est pas tant des économies que l'Etat demande à ses entreprises publiques, SNCF, RATP et autres, mais des bénéfices, comme si c'étaient des entreprises privées alors que les buts respectifs ne sont manifestement pas les mêmes.

L'Etat a des dettes, l'Etat réclame du pognon, d'où qu'il vienne.

Les Régions versent des subventions, et pas qu'un peu, à ces entreprises publiques pour en obtenir un service public de qualité, alors que cette qualité est sacrifiée sur l'autel de la rentabilité: j'aimerai bien savoir ce que pensent les présidents de Régions de voir une part de leurs subventions choir dans les gouffres de l'Etat au lieu d'être utilisée à notre service.

Joli tout de même comme impôt déguisé, comme détournement de fonds, non ?

ophise

Vous ne m'en voudrez pas de répondre à Javi car je trouve son intervention pleine de bon sens mais que...

-la SNCF ne semble pas avoir de plan de mobilisation de bus en IdF. Vu le trafic annuel, donc le risque d'incident, peut-être que des contrats cadres avec des compagnies de bus prévoyant une réserve mobilisable moyennant finance serait une bonne chose.

--> hélas si : nous avons des partenariats/contrats/plans de mobilisation. De plusieurs sortes : 1/ la Ratp sur Paris (très utile pour rapatrier les voyageurs chez eux après la fermeture "normale" des transports en commun, 2/ des accords avec notre groupe (premier transporteur routier de France) et des spécialistes (qui interviennent pour Adp et les compagnies aériennes). Dans le cas qui nous occupe, les bus étaient disponibles mais pas de conducteurs "aptes" (n'ayant pas dépassé leurs heures autorisées de conduite journalière). Gloups.

-le train de réserve existe mais n'est disponible qu'à Paris-ville, donc oblige à quitter la voie périphérique donc à être en retard par rapport aux travaux. Dans le plan d'immobilisation de la voie pour les travaux, y-a-t-il un plan d'urgence prévoyant une réaction à la panne d'un train sur la ligne? Dans le cadre de ces travaux, et de façon exceptionnelle, un ou plusieurs trains supplémentaires pourraient être mobilisés en réserve (coût à imputer aux travaux), pour répondre à ce risque.

--> remplacer le train (en prenant une rame de réserve ou une autre, peu importe) n'était pas le problème. Quand vous avez lancé des travaux avec plus de 150 personnes de nuit, des kilomètres de voies à réparer ou carrément changer, des engins de travaux, etc... Il vaut mieux prendre en charge 500 personnes que décaler les travaux (qui n'ont pas lieu les jours de grande affluence cela dit au passage ; et nous n'avions pas non plus 500 personnes en rade ce soir là mais si cela avait été le cas, je sais calculer et comprendre).

-dernière piste: pour traiter une panne en soirée, vous devriez (tenter de) convenir avec quelques grands hôtels une convention d'hébergement, dans laquelle, moyennant finances, vous auriez possibilité de mobiliser des chambres. Vous pourriez également convenir (en interne) que passée une certaine heure, les passagers seront directement redirigés vers un hébergement local, même si c'est plus cher (pour vous).

--> La Sncf a été jusqu'à créer une filiale avec le Groupe Accor pour précisément faire ce que vous dites. Cela nous a largement simplifié la vie. Nous pouvons appeler l'équivalent d'une centrale de réservation et faire disponibiliser xx chambres d'hôtels (cela passe par les Mercure, Ibis, Novotel et Méridien...).
Sauf que quand c'est la période du salon de l'agriculture ou de l'automobile : il n'y a plus de chambres. Plus du tout. Sur tout Paris, indépendamment de nos accords (car nous téléphonons évidemment à tous les hôtels qui pourraient accueillir nos voyageurs).
Pensez-vous que le risque d'avoir besoin de chambres un jour J (hors pointes, hors risques identifiés) vaudrait le prix que la Sncf paierait pour réserver TOUS LES JOURS entre ... 50 et 100 chambres d'hôtels, et les payent ??? on nous reprocherait de mal gérer notre argent non ?

(...) il faudrait évidemment venir chez vous pour comprendre comment vous fonctionnez et quels moyens financiers la SNCF est prête à consacrer à ce genre d'incident.

--> J'espère avoir répondu un peu :

Javi

@ophise: merci pour votre réponse!

Je savais en la faisant que vous aviez probablement en interne un certains nombre de dispositifs déjà opérationnels. Reste l'aspect financier: comme vous dites, on pourrait vous faire le reproche de mal gérer votre argent, et en même temps on vous fait le reproche de ne pas réagir de façon adéquate. C'est donc un arbitrage à rendre, et je suis loin de pouvoir le faire.
Mes encouragements à vous cependant pour continuer à faire face au quotidien avec les moyens à votre disposition. Et pour cet excellent blog!

Torp

@liO!: L'espagne et l'Autriche (on aurait aussi pu prendre la Suisse, mais ce n'est pas en "Europe"), sont les pays ou le train est le plus subventionnés.
(Et ou il n'y a pas de Class action)
Mettre tous les dysfonctionnement sur les gréve ou l'attitude des cheminot et oublier le sous-investissement chronique est commode et évite de réfléchir.
Mais ça n'est pas la réalité.

L'exemple de la Grande-Bretagne est aussi trés intéressant.
Le niveau de service ferroviaire est en train d'y redevenir ce qu'il était avant 1993, mais ça coute 5 fois plus cher.
D'une part, l'infra est intégralement prise en compte par l'état (comme pour les autres modes, enfin !) et d'autre part, comme il n'y a plus de péréquation (ce qui rapporte renfloue ce qui coute) les compagnies privées se gavent, soit avec les prix des billets sur les lignes rentables, soit avec les subventions sur les autres...

Il y a des "class action" en GB ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.